FONDAFIP > Revue Française de Finances Publiques > La revue
Revue Française des Finances Publiques

L’administration fiscale

RFFP n° 15 – 1986

La liste des RFFP

Lien(s) Utile(s)

Editorial


ÉDITORIAL

Sans doute la plus " connue " de toutes les administrations financières de l'État, l'administration fiscale n'en est pas moins très largement méconnue dans sa réalité même, si bien que comme toute institution administrative, mais plus encore peut-être, s'y trouvent rattachés un certain nombre de représentations collectives et de croyances durables (1).
Parmi celles-ci, on relèvera le sentiment fort répandu du statisme, voire même de l'immobilisme qui serait le propre de cette administration. Il suffit pourtant d'examiner son histoire pour s'apercevoir que, comme tous les systèmes administratifs, elle a eu au contraire à faire face à un impératif d'adaptation permanent, ce mouvement et cette gestation incessante étant peut-être aujourd'hui encore parmi ses caractéristiques essentielles.
Tel est en tout cas le sentiment que l'on peut avoir à la lecture de la plupart des articles de ce numéro. Une des préoccupations majeures aujourd'hui de l'administration fiscale - qui ne fait là que poursuivre un mouvement amorcé depuis l'après seconde guerre mondiale - paraît en effet de parvenir à mieux rationaliser, fonctionnaliser, rendre productif un ensemble de structures et d'agents dont il est vrai que la mission se trouve parmi les moins aisées à accomplir. Mettre en place un système de gestion s'appuyant sur un système d'acteurs en mesure d'échanger tant entre eux qu'avec l'extérieur, tel est au demeurant, on le sait, l'impératif commun à toutes organisations qu'elles soient publiques ou privées.
A cette nécessité, l'administration fiscale n'échappe pas. D'où ce souci, largement présent dans les pages qui suivent, d'une meilleure communication tant interne qu'externe, par exemple par une amélioration de la formation des agents aussi bien en début de carrière que tout au long de celle-ci, ou encore par la mise en place d'une politique de relations publiques.
Au-delà des réussites et des échecs que rencontre une telle tentative, la lecture de ce numéro ne fait aussi que confirmer l'exigence drastique, pour tous les systèmes administratifs, mais en particulier pour les administrations financières, d'une meilleure perception par l'opinion publique des problèmes de finances publiques ainsi que du développement de la formation et de la recherche dans ce domaine. L'acuité croissante de ces deux thèmes - il est d'ailleurs significatif qu'ils aient récemment fait l'objet de deux communications présentées respectivement par A. Neurisse et par J. Molinier lors de la dernière assemblée générale de la Société française de finances publiques (2) - nous laisse penser qu'il serait certainement judicieux que la Revue consacre bientôt à chacun d'entre eux l'ensemble d'un numéro et ce, même si l'on peut les retrouver traités çà et là dans ses livraisons précédentes.

Michel Bouvier
Marie-Christine Esclassan
(1) V. sur ce point les analyses d'H. Desroches, Les mythes administratifs, PUF, 1966.
(2) Société française de finances publiques – 3, av. R. Schuman – 13628 Aix-en-Provence.

Confirmation d'envoi

Madame, Monsieur,
votre message a bien été envoyé.
Nous y donnerons suite dans les plus brefs délais.

×
Contactez Fondafip

Fondafip est à votre écoute.
Utilisez ce formulaire pour toute demande, inscription ou remarque sur le site.

×