FONDAFIP > Revue Française de Finances Publiques > La revue
Revue Française des Finances Publiques

La dépense publique

RFFP n° 77 – 2002

La liste des RFFP

Lien(s) Utile(s)

Editorial

éditorial
La dépense publique : une nouvelle légitimité.
Dira-t-on plus tard que la seconde moitié du XXe siècle aura été celle des illusions et des espoirs déçus tant ces derniers se sont succédé à une cadence accélérée dans la recherche d'une société du bien-être. Après avoir été magnifié et parfois jusqu'à l'extrême, l'État, devant ses échecs, a été tout aussi critiqué et vilipendé qu'il avait été placé haut dans les attentes. Il s'en est suivi, on le sait, une foi tout aussi ardente et une confiance parfois sans limite dans les vertus du marché économique. Mais cette croyance souvent aveugle a été éprouvée à son tour sans être en mesure de résister à la pression des réalités, en particulier des problèmes sociaux. Et on a pu voir que les dispositifs de maîtrise des dépenses publiques parvenaient difficilement à éviter une évolution ascendante des dépenses sociales. D'un point de vue plus général, et tout au long du quart de siècle qui vient de s'écouler, c'est en réalité la question de la légitimité de la dépense publique qui est apparue centrale et qui s'est trouvée posée à travers une contestation souvent radicale de celle-ci. Que les arguments invoqués aient été pertinents ou non, il en est resté dans les esprits une image très négative de la dépense publique. Or, voici qu'aujourd'hui on constate une certaine réhabilitation de la dépense publique, qui se traduit par l'idée que toutes les charges engagées par le secteur public ne sont pas systématiquement condamnables. Sans prétendre revenir à une politique généralisée d'investissements publics, il est admis que si certains investissements sont susceptibles de freiner la compétitivité, d'autres peuvent au contraire la stimuler ; par ailleurs et surtout, on fait valoir que l'institution de systèmes de contrôle de gestion et d'évaluation des performances apporte de réelles garanties quant à la bonne utilisation des fonds publics. Sous cet angle, la rationalisation de la gestion des finances publiques est appelée à devenir un objet d'étude privilégié pour la décennie en cours avec en particulier la question centrale du contrôle de la dépense publique. C'est bien dans ce sens, on le sait, que s'inscrit la loi organique du 1er août 2001 (cf. nos 73 et 76 de la RFFP) ; aussi les contributions* réunies dans la présente livraison viennent-elles à propos nourrir les réflexions relatives à la récente réforme.
Michel BOUVIER

Confirmation d'envoi

Madame, Monsieur,
votre message a bien été envoyé.
Nous y donnerons suite dans les plus brefs délais.

×
Contactez Fondafip

Fondafip est à votre écoute.
Utilisez ce formulaire pour toute demande, inscription ou remarque sur le site.

×